Connexion
Le plan social du futur

>>>Aller directement au dernier post sans passer par la case départ et sans toucher 10.000 frs.

Sombre est un jeu de rôle pour se faire peur comme au cinéma. Chaque partie est un film d'horreur dans lequel les joueurs incarnent les victimes.

Le plan social du futur : Les joueurs incarnent les employés du service recherche et développement de Sakata Corp. (désolé pour la vraie entreprise Sakata...) une multinationale méga-corporatiste aux activités génétiquement douteuses. Après 14 mois de travail intensif sur un projet d'incubateur de forme de vie super-protéinée, une semaine de vacance est bien méritée. Mais pas question de laisser les petits génies des R&D se vautrer dans la gnôle à la Baule, le service des ressources humaines a tout prévu pour garder une équipe dynamique et efficace. Une équipe de battants.

Le but pour les R&D est de survivre à une semaine de vacances tous frais payés.

Les joueurs doivent choisir leur personnage dans l’organigramme du service :

Plus d'infos sur les personnages seront transmises au joueur une fois le choix effectué.

 

Pour info :

Les règles de Sombre (version light) sont dispo ici.

Les personnages auront leur score d'Esprit et de Corps inscrit à coté de leur nom : Esprit | Corps (exemple : Charles Podul 12|11 )

Les points d'adrénaline débloqués et les changements de personnalité seront indiqués (et expliqués) en temps voulu.

 

Dans Sombre il y a deux phases de jeu différentes :

La phase normale où toutes les actions réussissent automatiquement. Dans ces moments vous pouvez décrire ce que fait votre personnage à moyen terme. En général, la durée de l'action sera donnée.
Exemple : que faites-vous de cette belle après-midi ?
Dans ce cas, il s'agit de décrire tout ce que fait votre personnage jusqu'au soir.
Dans la phase normale, vous pouvez impliquer des pnjs dans vos actions, les faire parler, agir etc.
Vous ne pouvez pas impliquer les membres du service R&D sauf s'ils sont au dessous de votre personnage dans l'organigramme (oui même si le personnage est contrôlé par un joueur).
Vous pouvez vous concerter entre joueurs avant d'agir (mais chacun écrit ce qu'il veut une fois seul face à son écran...)

La phase de stress extrême où toutes les actions demandent un jet de dés, même les plus simples, sauf Fuir qui réussit automatiquement. Mais si quelqu'un vous poursuit, il vous rattrapera obligatoirement à un moment ou à un autre.
Dans les phases de stress extrême, vous n'avez droit qu'a une action par tour. L'action ne doit pas prendre plus de 4 ou 5 secondes (pas le moment de se mettre au tricot).
Dans ces phases vous essayez de faire quelque chose, c'est le jet de dés qui détermine si vous y arrivez ou non.
Exemple : « Je cherche un truc qui peut servir d'arme dans les tiroirs de la cuisine » ou « j'essaye de le maîtriser » ou « j'essaye d'ouvrir la porte avec les clefs du gardien ».

Si vous avez des questions à poser (même en plein milieu de la partie et concernant la partie. Exemple : "est-ce qu'il y a une fenêtre ?") vous pouvez les envoyer par mail, mp sur facebook, sms, signeau de fumée ou pigeon voyageur. N'hésitez pas à inventer les éléments de décor ou les événements que vous voulez.

Pour ce qui est hors roleplay merci d'écrire en barré et de séparer le texte.

Avec :
Maxime dans le rôle de MJ, Sebastien dans le rôle de Quentin Pobec, Olivier dans le rôle de Greg Puivon, Lydie dans le rôle de Vero Musso et Guillaume dans le rôle de Raymond Cardo

Quentin Pobec

esprit 7
corps 11

+ irrésistible
- panique

irritable
Greg Puivon

esprit 10
corps 10

+ faveur
- écervelé

égocentrique
Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive
Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique
Par Maxime
MJ

Tout commence toujours par un powerpoint. Si dieu n’avait pas été seul il aurait surement présenté à son équipe son plan de développement sur sept jours par un powerpoint. Tous les collaborateurs de la Sakata Corp. en sont persuadés.

Après 14 mois de travail épuisant, de congés reportés sans date et d’heures supplémentaires non payés, le big boss, Akira Sakata, vous a convoqué pour un powerpoint sur l’importance de la cohésion de groupe, de l’amour de l’entreprise et de la responsabilité individuelle. Ça sentait le plan foireux, ça n’a pas loupé. Une semaine plus tard vous avez tous reçu une invitation, chez vous, en recommandé avec accusé de réception : une semaine de stage de cohésion de groupe au mont Saint-François du chien, accompagné d’un petit mot (en japonais) écrit à la main et signé de monsieur Sakata.

Vous étiez donc tous là, à 5h55 du matin, après une nuit agitée, sur le parking désert du siège de la Sakata corp. A 6h25 toujours rien. Pas de bus. Pas de nouvelle. A 7h00, Florent PinPin en a eu marre. Malgré les protestations de M. Podul, il est remonté dans sa voiture, a crié quelque chose comme “on nous prend vraiment pour des cons”, puis il est parti.

A 7h05 le bus est arrivé. Un minibus Mercedes neuf, sans chauffeur (conduite automatique by Google corp.), la norme chez Sakata.

Les deux premières heures de route furent occupées par la diffusion, volume au maximum, d’une vidéo (en japonais) sur le mind-mapping et l’orientation des idées dans l’espace (du moins pour ce que vous en avez compris). Après une pose pipi / clope obligatoire (le bus n’est reparti que lorsque toutes les vessies étaient vide et le taux de nicotine moyen égale à ce qu’il était au début du voyage), une seconde video (en allemand cette fois) de présentation des activités de l'Abbaye Saint-François du chien, de 2min30, s’est mise en boucle durant les deux heures de voyage restantes.

La 4G fut perdue à la sortie de l’autoroute, quelque part dans le massif central. Le réseaux complet au pied du mont Saint-François du chien. La pluie commençait à tomber à mi-pente. Arrivé au sommet c’est le déluge.


 

Trempés vous arrivez sous le porche d’entrée avec vos valises pleines de flotte. Des moines sont là à vous attendre. Ils ne parlent pas mais sourient. Ils prennent vos valises et les emportent. Un homme en costume cravate (sec) arrive tout sourire. “Ah enfin ! héhé. On a faillit vous attendre.” C’est Robert Gusman le responsable formation / réformation du service ressources humaines, un type qui sourit et ricane tout le temps, même quand il annonce des licenciements. “Bon on a déjà pris du retard sur l’activité canyoning donc on se dépêche ! hein héhé. Suivez le frère Panil il va vous montrer le vestiaire”.


Robert Gusman

Le frère Panil mesure au moins deux mètre et doit peser plus de 120 kg. Sous la capuche de sa robe de bure son visage est inquiétant, son regard froid, sa joue cochée d’une cicatrice encore rouge. Il vous conduit à travers ce qui semble être le bâtiment principal de l’abbaye, un gros bloc de grès beige, aéré par quelques meurtrières et éclairé par des ampoules à filament. Le vestiaire est une sorte de grande salle de bain à carreaux blancs sales, aux joints moisis. Quatre douches sans paravent bordent deux banc en bois gondolé. Le moine vous invite à entrer d’un geste s’éclipse. Certains d’entre vous en profitent pour s’étirer, d’autre s’assoient l’air d’attendre qu’il se passe quelque chose.


 

Visiblement personne ne vient. Que faites vous ?

Greg Puivon

esprit 10
corps 10

+ faveur
- écervelé

égocentrique


Esprit d'équipe

Il est évidant, qu'en tant que chef de Projet, je dois montrer l'exemple... Je me lève et me présente devant l'assemblée, dos aux douches.

-"Mes amis ! Je suis très fier de partager ce stage avec vous tous. Ce temps que nous allons passer ensemble est le meilleur moyen pour nous rapprocher, nous connaitre... Dans l'optique de devenir un       groupe soudé, proche. Nos résultats n'en seront qu'optimisés."

Je commence à me déshabillé... Un temps à fixer tout le monde puis me dessape complètement en affirmant :

-"Pour cela nous devons abattre les murailles du tabou, nous voir comme nous sommes vraiment ! Je me dévoue pour être le premier non pas pour être sur d'avoir de l'eau chaude, mais pour vous montrer la voie... Celle de la réussite et je vous y invite !"

Nue comme un vers, je fais le zizicopter de la victoire. Je me dirige dans la douche du milieu, y trouve un vieux savon de Marseille totalement sec et usé et commence à me laver en sifflotant. La douche est terriblement froide et mon zizicopter devient très vite un petit ventilateur portatif. Ce n'est pas grave, je continue avec vigueur de siffloter, regarde le groupe et dit:

-"Ben venez !"

Quentin Pobec

esprit 7
corps 11

+ irrésistible
- panique

irritable


Rambo


Mac Gyver

l'air ahuri, je ne me débine pas, empoignant ma superbe valise à roulette seriousamsonite© estampié du superbe macaron SAKATA™ . 

-" Vous avez entendu Greg ? "

me deplacant plus ou moins centre du groupe armé de mon plus efficace sourire, avec méthode et minutie je me deshabille triant le linge mouillé dans un sac en nylon Eden Perk®. Nu comme un ver , le lombric à l'air, dévoilant ainsi un corp entretenu absent de toute pilosité.

Puis je sors un flacon de gel douche issue des cosmetiques de chez nous. Le brandissant haut tel la statue de la liberté, serviette irréprochablement plié tenue dans l'autre bras, sur le torse.

-" pas de prime de noel pour ceux qui n'ont pas leur gel ...douche..."

accelerant mon élocution:

"...gel douche-shampoing quadri-fonctions au zinc pyrithionne et anti-fongique, issue de nos labos SAKATAPURE."

tenant un air grave

-" huuum sentez vous cette odeur de mimosa?" j'hume à outrance le savon en bouteille

-" Evidement pour la prime c'était une connerie! Qui me frictionne le dos ?"

Faisant volte face, me dirigeant vers une douche, remuant mes fesses, mêlé de ridicule et de sexy.

Je pose ma serviette avec hésitation laissant bien apparent le gros logo brodé noir PLUMA® sur un des bancs vetustes. Regardant mes comparses. Leurs adressant un irrésistible clin d'oeil avec un sourire bright:

-"zou !"


 

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

« Du MIMOSA ! mais j’adore ça !! » enlevant mes vêtements à toute vitesse, je me dirige vers Quentin afin d’essayer aussi ce gel douche, tout en disant à voix basse:

« quant à vous frotter le dos, je ne dirais pas non, qui peux résister à la vue de ce fessier remuant…? »

 

Quentin me passe alors la bouteille de ce gel douche révolution, que je scrute.

 

-« Mhmm quelle odeur magnifique, de quoi se sentir en vacance… Nous pourrions peut être mettre une photo sur la bouteille… je vois des champs de mimosa…en plein soleil… un transat et une femme se prélassant à l’ombre des arbres, oh oui et des teintes de jaune 108 sur l’ouverture, ou peut être du 116 à voir…oui oui, ça me parait pas mal » dis-je tout en me frottant.

Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique


Gandalf le Blanc


Web Munster

Mais quelle bande guignols. Putain j'aurais dû me tirer comme PinPin et pas me farder cette farandole de branleurs.
Non mais regarde moi l'autre abruti avec ses couilles estampillés sakata. Bon allez mon vieux, sort ton vieux bide et tes poils grisonnants et fait plaisir à l'enthousiaste de service. 

"C'est une bonne idée Greg, vraiment bonne..." je commence à me mettre sous l'eau.
"Tu sais que chez les bonobos, la cohésion sociale c'est un truc super important... (marquant une pause, puis me tournant vers lui avec un petite sourire) ...d'ailleurs ils règlent pas mal de leurs problème avec le sexe, tu devrais y penser pour ton prochain séminaire"

Il me répond un truc rapidement que j'ai du mal à entendre à cause de la Musso qui continue à palabrer sur ses couleurs tandis que Quentin se frotte le corps d'une manière qui semble indiquer pour lui un certain charme mais que je trouve absolument répugnante.
Bon, je vais pas m'éterniser ici non plus. Les autres tentent rapidement de me retenir, mais visiblement, ils savent très bien que ça ne servira à rien. Tandis que je ramasse mes affaires et me dirige vers la sortie je lâche à la Musso "Vero, je vais regarder comment mettre du pantone directement dans le gel douche, comme ça ça servira d'autobronzant, t'en penses quoi ? "

Dans le couloir plus personne. Je soupire, m'adosse au mur, sort mon smartphone et lance un angry bird.

 

MJ

Alors que Raymond sort de la « salle de bain » Greg lance un regard en biais à monsieur Podul. Le directeur se lève et reboutonne sa chemise « Vous avez raison Puivon. Vous aussi Cardo, ajoute-t-il plus fort alors que le généticien claque la porte, les bonobos tout ça. » il s’approche de Vero qui fait gicler le savon sur son visage « Passez moi ça. » Il lui arrache le flacon des mains et menace de s'asperger.

« Je ne ferais pas ça si j'étais vous, intervient François. On ne sait pas ce qu'il y a dans ce truc... » Podul lui répond par un regard de dédain et commence à se frictionner.

Armand Flotin, assit en tailleur sur un banc s'allume une cigarette. Clémence est devenu rouge comme un tomate « heu... faut que je vienne aussi ? » « mais non ma chérie, lui répond le directeur, la cohésion c'est important mais tu n'es que stagiaire tu es excusée. Vas voir ce que fait ton maître de stage. » Visiblement soulagée l'étudiante se précipite vers la porte.

Pauline arrache la clope à la bouche d'Armand et se tourne pour ne pas voir les corps de ses collègues à poil « bande de malade » marmonne-t-elle dans un halo de fumée.

Un puissant claquement se fait entendre. Vero, surprise, glisse sur un bout de savon qui traînait par terre, entraînant monsieur Podul dans sa chute. Greg arrête son zizicopter. Quentin soupire et Francois lève un sourcil.

Par la porte du fond (oui il y avait une porte du fond) entre Gusman et le Frère Panil qui transporte une grande caisse en plastique. Gusman lance un regard amusé à Vero et au directeur, emmêles, nus, au sol. Podul ne remarque rien, il semble un peu suffoqué.

« éh bien, héhé, je vois qu'on ne perd pas de temps à se mettre à l'aise. Je vous ai apporté votre équipement pour le canyoning, maillots et chaussures de randonnée. » Le moine balance la caisse au milieu de la salle. « Je vois que vous avez déjà fait les équipes, les à-poil contre les habillés. Rendez-vous dans dix minutes à la rivière. Ce sera une course par équipe, challenge et coopération dans un environnement hostile. Avec la pluie, vous allez adorer. »

Clémence qui à entendu derrière la porte revient dans la pièce légèrement stressée. Suivie par Raymond l'air satisfait (peut être qu'il a fini un tableau a angry bird).

« Hé bé ! Héhé, il reste un peu de pudeur pour certain je vois. Ajoute Gusman se dirigeant vers la porte. Dans dix minutes à la rivière. Pour la course, l'équipe qui perd sera privée de casse croûte ».

Il se retourne fait un clin d’œil et disparaît. Le moine reste devant la porte les bras croisés.


Le Frère Panil

Les autres membres du service (les pnjs quoi) commencent à farfouiller dans les maillots pour se préparer. « Putain j’espère qu'elle est pas trop loin leur putain de rivière, commente Armand ».

Que faites-vous ?

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

-« Je euh… désolée monsieur de Directeur, c’est euh… le savon…là, j’ai glissé… 

Vous allez bien? » je l’aide à se relever et me relève par la même occasion.

-«  Et puis le gel douche, dans mes yeux, j’ai pas vu, je suis désolée… » je regarde autour de moi, voyant tous mes collègues me fixant, je me mets a rougir. Quentin semble me lancer un regard noir. Honteuse, je me dépêche d’aider le directeur et file me couvrir d’une serviette.

Comme si de rien était je me dirige vers la boite apportée par le frère, qui me regarde avec gentillesse, de quoi me redonner le sourire. Rassurée je me met en quête d’un maillot de bain dans la boite. Etonnée je m’adresse au frère:

 

-«  Excusez moi, mais est il possible d’avoir nos effets personnels ? parce que bon j’ai acheté un petit bikini super hype justement pour cette occasion et comment vous dire que…

je sors un maillot et le montre à l’assemblée…

 

 

c’est pas du tout in vous voyez… ce violet est complètement dépassé, enfin vous comprenez quoi…

non? »

 

N’ayant pas de réponse, je comprends en voyant l’air du frère, que je ne risque pas de voir mon bikini de si tôt. Je me dirige alors vers un coin de la pièce pour enfiler le maillot, bougonnant:

 

-« Pff, si j’avais su j’aurais pas dépensé une fortune chez BananaJoon pour un si petit bout de tissus… »

 

Revenant vers les autre vêtue de mon maillot un peu trop grand, mal à l’aise je demande: 

 

-« J’ai entendu environnement hostile tout à l’heure…comment ça hostile ? parce que euh disons que Koh Lanta tout ça c’est pas mon truc à moi hein… »

Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique


Gandalf le Blanc


Web Munster

J'entre dans la pièce en suivant ma stagiaire, lui donne une petite tape sur l'épaule avant de regarder, amusé, la fin de l'acte que j'ai apparemment raté :" Ah ben je vois que les bonobos ont inspiré ma petite Vero. Mais bon ma belle, c'est ton directeur quand même...", dis-je sur un ton un peu léger. Je laisse la Musso nous montrer son chiffon puis je fais mine d'observer la boîte un moment ainsi que les effets qu'elle contient. 

"Bon, ben je crois que je vais prendre la meilleure décision de la journée pour mon équipe, que soit celle des bonobos ou des mijorés comme dit Gusman, c'est à dire vous encourager depuis les rochers hein... Parce que bon, c'est bien sympa mais je suis pas venu ici pour me pêter le crâne, et j'en ai besoin pour vous sortir des nouveaux shampoings. Et puis bon, qu'est-ce qu'on va faire de Clémence si je peux plus venir au labo, hein ? C'est une scientifique cet enfant, on va pas demander à Greg ou à m'sieur Podul de s'en occuper quand même ? Hein Charles ? "

Tournant les talons et levant la main comme pour dire au revoir, je leur lance "à plus les sportifs !" et me mets en tête de retrouver l'autre excitée du slip de Pauline histoire de lui taper une clope et de l'écouter me raconter ses passionantes aventures d'hystérique. 

Greg Puivon

esprit 10
corps 10

+ faveur
- écervelé

égocentrique


Esprit d'équipe

Je sors de la douche, me dirige vers le coffre de fringue et cherche une combinaison... Mais je trouve mieux tout au fond.... Un slip de bain !

je l'enfile avec enthousiasme :

-"Vous savez ce que m'a appris Léonardo DiCaprio?"

Les autres se regardent entre eux...Quentin pense trouver:

-"Ne pas laissez la fille seule sur le bout de porte qui flotte?"

Je souris:

-"Non, c'est que les colloques comme celles-ci ne se passe pas sans.........DROGUES !!!!!! Ce bon vieux Raymond ne synthétise pas que des shampoings hein ! Allez J'ai une gélule de LSD synthétique pour chacun.... Hop !"

Quentin et Véro en prennent une et la gobe dans la foulée, je les suis... Je tend ma main pleine de gélules vers les autres présents, je regarde Charles...

-"Allez Monsieur, ça nous rappellera nos soirées compta de fin de semaine... La partie de canyoning va etre plus épicée !"

Quentin Pobec

esprit 7
corps 11

+ irrésistible
- panique

irritable


Rambo


Mac Gyver

Hop pilule dans le gosier, c'est pas la première, pas la derniere me dis-js.

-"Bon c'est bien gentil tout ca... on est cool, on est beau, on est detente, mais il nous reste du pain sur la planche et je..."

... et je vois les gros yeux de greg. Il dit:

-" c'est bon là... c'est pas le moment, on se detend.... respire quentin et laisse monter pépére. Huhu" me regardant le sourire jusqu'aux esgourdes.

Ma nature anxieuse prend le dessus mais à ces mots je faisais mine d'assimiler ce simulacre de mon superieur. Apres tout il sera content, mais le boulot il ne se fait pas tout seul... mais bon relax quentin pètes un coup !

-"tient d'ailleur ils se cassent tous...  "

L'orgnant du coin de l'oeil vero qui expose à nouveau ses courbes pour se changer.

Dans l'idée que le cacheton ne monte pas trop vite, meme si le matos est bon, je dois avoir une 40 aine de minutes avant que l'effet ne se pointe. Puis comme pris de lucidité. Je contemple un peu plus le cadre.

-"Le point de chute est où pour notre canyoning ? "

 

Fin propre. Préparé puis recoiffé. Reboosté par ces erzats amicaux avec des restes d'aigreur habituels de la part de notre Cardo-logue spécialiste en sarbordage d'humeur.

Un bermuda cargo avec dessous un short de bain un debardeur et paire de running orange fluo puis une sacoche bandouliere fourée de matos ultra utiles comme un stick à levre, un spray anti UV une pochette hermetique pour le portable, son chargeur et d'autre effet utile comme une boite de durex car il faut toujours etre prévoyant;  vaut mieux en avoir et ne pas en avoir besoin, qu’en avoir besoin et de ne pas en avoir .

Je sors ma vapoteuse. Inspire une sacré bouffée, la saveur de la cerise, je m'apaise.

Je sautille sur place comme un gosse et ma sacochette gigotte en tout sens.

-"apres tout ca va etre fun." ajustant mes raybans de bobo sur mon irréprochable coiffure.

MJ

« T’inquiète pas Vero, ça peu pas être bien méchant, annonce François en enfilant une combinaison noire trop large pour lui. »

Les pilules ont du mal à passer. Effectivement Greg fait les gros yeux, mais c'est M. Podul qu'il vise. Ce dernier se contentait de commenter d'un regard béa la remarque de Cardo. Il fini par saisir un cacheton « c'est pas bon pour mon cœur, vous le savez Puivon » puis il le glisse dans sa bouche.

Chacun fini de lasser ses chaussures en essayant de se convaincre que Quentin a raison, lorsque des sanglots déchirants s'élèvent du couloir.

« Mais je veux pas y aller ! Chouine Pauline. J'en ai marre de voir leur gueule. Tu comprends Raymond ? Marre ! Bouhouhou... »

Raymond Cardo pousse la porte. Pauline Gurié pleure à chaudes larmes sur son épaule. Il jette une cigarette à moitié fumée dans l'évacuation des douches. Fait quelques pas dans la salle, Pauline toujours accrochée à lui comme une moule à son rocher.

« Aller Pauline tu vas pas pleurer, il vous fait sa tête de je comprend pas les humains, c'est juste une semaine à tirer. Après tu pourras prendre de vrai vacances. Tiens regarde y'a Greg qu'a des médocs, prend en ça te fera du bien. »

Clémence lui glisse doucement « Non mais t'es fou. » à quoi il répond en chuchotant « oh ça va je suis pas son psy hein .»

Pauline attrape une pilule et la suçote comme un cachou. De voir Quentin si motivé lui redonne le sourire. Elle s'active pour trouver un maillot toute guillerette.

Un instant plus tard tout le monde est prêt, en maillot. Sauf Cardo bien sure, et Clémence qui fait tout comme son maître de stage.

 

Le frère Panil, toujours aussi silencieux vous fait sortir du bâtiment. Au bout de quelques mètres la pluie recommence. « c'était bien la peine que je me coiffe » commente Quentin. Vous descendez des sentiers à peine tracés dans une forêt très verte et très humide. « Putain mais c'est méga loin » râle Armand.

Deux minutes plus tard vous arrivez au bord d'un ruisseau qui se sépare en deux. Là, sur un petit rocher au bord de l'eau, vous attend Robert Gusman, parfaitement sec sous un parapluie rayé, noir et rouge.

« Eh bien, toujours aussi peu réactif les R&D. Bon je vois qu'il y a des désistements... tant pis les deux équipes subiront un handicap pour la peine... »

Il fait un signe de tête à la forêt, comme ci ce crétin s'attendait à ce qu'elle cautionne.

« Donc, l'équipe des tout-nus... »

- des bonobos, corrige Cardo.

- ...oui si vous voulez, enchaîne Gusman, l'équipe des Bonobos tous-nus partira sur la gauche, l'autre la droite. Au bout d'un kilomètre ces deux bras de la rivière se rejoignent. C'est là que l'équipe pédagogique vous attend avec le buffet pour ce midi »

Il regarde sa montre.

« mouais ! Seuls les premiers arrivés auront le droit de manger. Les autres regarderont. Comme ils y en a qui mettent de la mauvaise volonté l'équipe gagnante devra choisir entre le Professeur Cardo et... heu... son assistante...

- Clémence, corrige Podul 

- ...oui voilà, avec qui ils partageront le buffet. Vous êtes prêt ? »

Vero, Quentin, Greg et M. Podul se mettent dans le bras gauche de la rivière. Armand, François et Pauline dans le droit. L'eau vous gèle les orteils. Les cailloux glissants vous font une impression bizarre. Il y a un moment de silence où les bruits du ruisseau et les cris des oiseaux et autres bestioles non identifiées de la forêt, semblent amplifiés.

Robert Gusman sort un pistolet énorme de sa veste, le pointe vers le ciel et tire.

 

Tous les personnages sous LSD perdent 1 en esprit (et ce n'est qu'un début).

Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique


Gandalf le Blanc


Web Munster

Je regarde un moment les autres s'affairer à préparer leur équipement, sonder la rivière, tâter la froidure ambiante. 

"Bon Gusman, on descend en voiture ?" lui lancai-je sans vraiment le regarder. 
- "Euh ouais mais non c'est pas vraiment le programme, euh, Raymond" dit-il pas vraiment gêné mais d'un air qui dénote plutôt un certain agacement à mon égard, avant de poursuivre : "Moi je rentre au monastère préparer le reste des activités et je vous retrouve là-bas". 
- "Ok l'ami. Dans ce cas auriez vous l'obligeance de nous prêter votre parapluie histoire qu'on ne finisse pas plus mouillés que les collègues dans la rivière ? Vous pourrez vous sécher au monastère, mais pensez un peu à cette pauvre enfant balancée dans cet environnement hostile qui risque de finir sa semaine sous la couette avec un bon 40 de fièvre."
- "Mouais... allez prenez ça !" me lance-t-il froidement. Tout en me donnant le parapluie, il renfonce sa tête dans ses épaules et commence à prendre le chemin du retour d'un pas décidé. Il se retourne d'un coup et nous lance:  "Y'a un genre de chemin qui suit la rivière. Un de chaque côté. Je vous garanti pas des pieds secs. Z'avez qu'à suivre le frère", avant de continuer sa route. 

"Bon, Clémence, tu veux descendre avec le gros frère ou regarder ton euh... patron... glisser dans la vase ?". Clémence répond par un hochement de tête digne d'un petit animal malade. Très précis, merci. Bon, j'ai pas vraiment envie de taper la causette avec la grenouille de bénitier mal dégrossie, alors j'emboîte le pas vers le groupe de Podul. J'entends derrière moi Pauline qui me demande pourquoi je viens pas avec eux. Je lui réponds d'une pirouette en lui disant que ma jambe me lance en ce moment et que le chemin d ce côté à l'air plus régulier : "On se voit en bas chérie".

​Devant nous, le petit groupe à déjà les pieds dans l'eau. Quentin est en train de montrer son équipement à Vero et Greg en leur expliquant l'intérêt et le côté hautement pratique de chaque effet emporté. Je repère le chemin et m'y dirige, Clémence accrochée à mon bras pour rester sous le parapluie. Sans vraiment attendre le groupe nous entamons notre descente à pas de touriste.

 

Quentin Pobec

esprit 7
corps 11

+ irrésistible
- panique

irritable


Rambo


Mac Gyver

le reflet de la berge sur l'eau est merveilleux, je suis le maître du canyoning je le sent tout comme évidement je sentais une chaleur en enivrante et suave m'envahir.

 

Mettant mes lunettes de soleil sur le pif.

 

-" les bonobos hein ? Est-ce bien vendeur ? En même temps ils sont sociables, agiles et débrouillards.

Je doit juste etre un bonobo tres mignon. " Dis-je à mi-voix pendant que le grand sachem expliquais le premier round des joutes.

 

Greg pouffe. Il hausse les épaules et dit:

-"en même temps de la part de ce vieil aigris de mandrill..."

Il me me chuchote.

-"la 'chuis bien"

 

vero intervient:

-" papy fait de la résistance ET de la bonne came"

 

Puivron se marre ouais et puis on est comme des John Rambos maintenant bref. Chut... on aura tout le temps de parler.

-"De quoi ? " dis-je.

 

Véro rassemblant ses cheveux les attachants d'un élastique autour de son poignet.

-" Ca doit monter chez lui aussi." elle plissa les yeux en signe de totale confiance.

Nous avions chaud il faisait bon et le coup de feu nous tira plus ou moins de notre montée "tripante"

 

Nous finissons de bavasser et je zieute mes affaires véro regarde attentive. Raymond pense que nous "checkons" nos effets. Pas le moins du monde.

 

à peine un pied dans l'eau mes baskets sont trempes mais c'est un bon palliatif pour ne par me ruiner le coccyx sur un rocher vaseux. Et garder une bonne allure, la drogue de synthèse modifié médicalement par les labos de "Cardo-logue", fait son effet.

 

Les groupes se dispatchent

 

Les pupilles dilatés je commençais à tripper sur mon reflet sombre dans l'eau déformé par les remous de mes mouvements. je retire mes lunettes, la fraîcheur de l'eau à mes pieds et l'effet de la pilule, m'offraient l'agréable impression de me connecter à mon image sombre dans l'eau. le monde et vert pâle il fait bon.

 

-" de l'eau" dis-je !

Réalisant que nous n'avons pas d''eau je fonce tout de go aux vestiaire d'un pas souple et trop volontaire pour être un effort classique je suis boosté comme un cheval de course! Mon objectif récupérer une bouteille d'eau dans ma valise.

 

-"mais où va ce con ?" se demande greg, les billes écarquillés, la graphiste m’appelle...

-"mais où tu vas ?... " et se retourne sur le responsable projet de l’équipe.

-"il est raide déf ou quoi? Je sent que ca monte, pour toi aussi non? " ne laissant pas Puivron répondre...

-"je sais que nous sommes pas tous réactif de la même manière, c'est pas une première non..."

 

Greg, le sourire scotché et les yeux dilatés comme jamais sent l'euphorie l’envahir.

-" ouaiiiis, chérie mais bon il est grand laisse le s’amuser !"

il frappa d'un plat du pied et dans un grand clapotis arrosant la designeuse.

-"...pis tu sais c'est de la boulette ce truc... une sorte de booster, un truc qui est destiné au gouvernement... genre militaro-médical. Genre ça déshydrate moins et ça motive sec son homme... y'a encore deux trois effets mais bon rien de trop strange..."

MJ

Raymond et Clémence sortent les violons.

Raymond / MJ (Clémence)

Clémence et moi commençons à suivre le chemin. je lui dit "Alors Podul c'est le frère de ta mère ?"

"oui..."

"hum... ça doit être particulier d'avoir son oncle pour grand boss. Dans le privé aussi il joue au chef ?"

"c'est rien de le dire. Depuis que mon grand père est mort c'est lui le chef de la famille et il fait ce qu'il veut... Tout ce qu'il veut"

"hum. Il se prend pour ton père", marquant un arrêt : "Tout ce qu'il veut... Et qu'est-ce qu'il veut, Charles ?"

"mon père il est mort quand j'étais petite." elle s'arrête et regarde dans le vague un instant. "Il fait des choses tu sais... Des choses. Quand j'étais petite je croyais que c'était normal, je... Je suis sure que c'est lui qui a tué mon père" Ses yeux s'emplissent d'une rage que tu ne lui connais pas.

"Pourquoi aurait-il fait ça a ton avis...?"

"c'est ses manières. Ses prières... Sa religion" elle lâche ce dernier mots comme on vomit une maladie. "je crois que je ne peut plus le supporter" elle font en larme dans tes bras. [décidément c'est la journée] "et ma mère... Ma mère elle est comme lui... Elle est pire"

Je me dis "OK Raymond! Le concept aujourd'hui c'est de faire chialer les gamines... Top... Bon, cela dit je suis quand même un peu curieux, sans oublier que ça me permettrait de glaner quelques infos croustillantes sur Podul. Histoire de les lui balancer dans la gueule un jour ou l'autre. La gamine a l'air de s'enflammer un peu avec cette histoire de meurtre, mais en même temps je voyais pas trop Podul aller plus loin que mater des vidéos de cul dans son bureau. Ne fait il taquine un gamines ce vieux con. Bon aller, elle est en confiance et de toute façon t'as que ça a foutre..."

"Allons allons mon petit... Écoute... Ton oncle il est complètement stone et a mon rythme on va mettre une bonne heure a faire le parcours. Alors on a tout notre temps... Calme toi... Et explique moi tout..."


 

elle s’apprête à parler lorsque vous entendez un cris de guerre digne de Stallone. Dans la rivière Greg, couvert de boue, saute par dessus un caillou et attrape une fine branche de tilleul qui lui reste dans les mains et se vautre. Podul lui vient en aide, mais Véro leur saute dessus comme pour faire un tas d'homme. Clémence souri. "tu vois je t'avais dis que c'était pas au point." Vous rigolez un peu et continuez votre route.

« Charles est rentré dans notre vie quand j'avais sept ans. Avant je ne savais même pas que j'avais un oncle. Mon grand père est mort, il est venu s'installer à la maison. Ça a commencé tout de suite, pour l'enterrement. Charles voulait respecter le rite ancien, mon père ne voulait pas... je me souvient de leur dispute. C'était effrayant. Je ne sais pas trop comment mais mon oncle a gagné, mon père est parti. Ma mère elle n'as jamais rien dit, ni à mon père ni à son frère. Elle se contentait d'obéir. Un peu plus tard j'ai cru comprendre que mon père menaçait de tout raconter à la presse ou à la police si il n’obtenait pas ma garde. Un mois plus tard il était mort. Soit disant la foudre sur sa maison. Je n'y ai jamais cru. Nous avons ensuite vécu avec Charles, comme si de rien n'était. Tout le monde pensait que c'était mon père. Ils avaient beaucoup d'amis mes « parents ». Ils faisaient des « choses » les soirs de pleine lune, pour les solstices et les équinoxes, ce genre de choses, dit-elle en désignant la rivière et par là, le stage lui même, les douches... Je me souvient de ma mère enceinte, mais jamais de bébé... Je me suis mise à font dans les études, pour avoir quelque chose à penser, quelque chose de rationnel. Puis j'ai eu 13 ans. C'est l'age normal pour rentrer dans le rite. Bref... durant mon adolescence j'en étais membre et... heu... j'aimais ça. Je me sentais différente. Exceptionnelle. Mais il y a quelques années j'ai réalisé l'horreur de ce que j'étais devenu. J'ai enquêter sur la mort de mon père... j'ai compris. J'ai essayé de fuir, mais ils sont partout... partout. Alors j'ai passé un pacte avec mon oncle, Monsieur Podul : je ferme ma gueule et ils me foutent la paix. Pour l'instant ça va. Mais il gardent toujours un œil sur moi. Je le sens... b... je suis désolée Raymond. Désolée de t'impliquer la dedans » et elle recommence à pleurnicher.

Mon vieux Raymond, je crois que la gamine est complètement foutue, Podul a du lui retourner le cerveau... C'est vrai que c'est séduisant son histoire, là, mais restons rationnel, qu'une bande d'allumés se réclament de tel ou tel club occulte ne VEUX PAS dire que la foudre tombe par incantation magique.... Ok, mais par contre, que sous couvert de leurs "croyances" à deux balles, certains guignols n'hésitent pas à faire de la merde pour que leurs proies sexuelles y croient, ça par contre, c'est tout à fait possible... Allez, je vais pas la lâcher comme ça, elle m'a presque tout dit... Putain je me savais pas curieux à ce point là ! "Du calme, du calme, tu ne m'implique dans rien du tout, tu n'as rien à craindre..." J'attends un peu en lui tapotant sur l'épaule. "Si je comprends bien, tu me parles de choses occultes, de rites anciens, d'une sorte de confrérie adoratrice d'êtres ou de choses plutôt pas sympas... Tu est une scientifique, comme moi, alors ton esprit critique doit t'aider à rester lucide sur l'existence effective de tout ceci, et à garder la tête froide. Parce que, dans le fond, tout ceci me semble bien couvrir des actions humaines bien réelles et tout à fait condamnables... Tu est en train de me dire que tout ce petit séminaire est bien plus vicelard que ce que Podul veux bien nous faire croire...". A ce moment-là je me rappelle sa réaction sur ma vanne concernant les bonobos, et je comprends qu'il ne se foutait peut-être pas de ma gueule. "Si Podul nous a mis dans la merde en nous traînant ici, j'ai besoin d'en savoir plus... connais tu ici d'autres personnes qui fricotent avec lui en dehors du boulot ? Ce monastère là et les autres, Panil et Gusman, tu les connais ? Des gens de la boîte peut-être ? Et ces quoi ces rites dont tu parles, c'est quoi ? J'ai l'impression que ce qui ce passe là te rappelle des souvenirs pas très catholiques..."

« Bien sure. Tout ça c'est des conneries. Je suis sur qu'ils ont tué mon père et foutu le feu après. Les articles de journaux que j'ai retrouvé étaient assez évasifs. Tout leur décorum, leurs costumes, leurs dagues rituels... pff... j'ai vu les même goth-it.com. La plupart d'entre eux n'y croit même pas. C'est juste un moyen d'assouvir leur besoin de pouvoir, de domination... de prédation. Mais au fond, disons à la base, il doit y avoir quelque chose... un truc qui ne se range pas dans la taxonomie, tel qu'elle est actuellement. » Elle marque une pause. Un peu plus loin vous apercevez Greg qui courent dans les rochers une carpe dans une main, une touffe d'herbe dans l'autre. « Pour Gusman et les moines je ne sais pas s'ils ont vraiment conscience de ce qui se passe. Pour eux c'est peut être vraiment un stage de cohésion de merde. Mais je sais, moi, que c'est plus que ça. C'est une épreuve. Un genre de rite de passage. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi mon oncle y participe au même niveau que nous... il a du faire une sacré connerie. »

pendant ce temps là...

MJ

Quentin Pobec vs. Wild.

Quentin / MJ

Tu part en courant remonté comme un télésiège a 20k volts. Tu dépasses Gusman qui trottine sous la pluie. Tu tournes à gauche puis deux fois à droite. Des ronces te griffe les jambes. Merde. Les paumes de tes mains te grattent. Encore à gauche puis à cet arbres laà.. Fait chier t'es complètement paumé.

Merde comment je peux me paumer tout seul...j'ai chaud... j'ai très chaud. Aaaaaaaargh ça gratte. Comme pris d'un gros eczéma je me gratte au travers de mon débardeur le plexus. Je m'arrête et pivote sur 360° en direction des cimes les conifères, chênes et arbustes gras. Le terrain est pentu, abrupt. Je reprends difficilement mon souffle. « Merde bon tu es où ». J'essaye de revenir en arrière. Il fait sombre. Je regarde l'heure... merde "putain il est ou saint mon cul du iench ! ... " j'y crois pas comment on peut se perdre... bon pas grave. Je vais retrouver les autres... en plus la dope monte... je suis raide." Je rigole tout seul , haha je fouille dans ma sacochette, sors mon baladeur et j'écoute la dernière compilation de radio nova acheté sur Itunes®. Mais je me rends vite compte que ça manque de pêche et évidemment je n'ai rien de tel. " et mes couilles tiens !" j’éteins en bon "orageux" mon baladeur. Et je finis par retrouver le chemin de l'abbaye, ou du moins les vestiaires je suis toujours aussi survitaminé. Je me précipite et me casse la margoulette. Plof genou le premier. Ça pissois le sang. -"Aaaaaaaaaaaargh enculé de sa race ! Tout ça pour une bouteille d'eau...Pourquoi ce n'est pas l'autre suceuse de bite de stagiaire... ou même bouffeuse de chatte qu'est-ce que j'en sais... aaah con...c'est le LSD dernier cris de ce con de Cardo !" je retire mon débardeur.

-"oh putain ça gratte." -"Aah" la démangeaison ... une urticaire géante je bous de l’intérieur c'est apparus comme d'énormes plaques toutes rougeâtres et chaudes... j'irradie et me sens fièvre. je frotte, je frotte avec le vêtement entortillé plein de sueur sur tout mon corps qui me démange. Je me déshabille comme un sac et me fou sous la douche en transe avec de l'eau froide pour m'apaiser. Il me reste une basket.

L'eau te calme un peu. C'est comme si une morve apaisante t'englobait tout le corps. Dans la salle de bain les lumières sont éteintes. Les affaires que vous aviez laissées ont disparues. Sur un banc trône une bouteille de Owl-Power une fameuse boisson énergisante de Sakata. Sur l'étiquette une chouette te regarde avec insistance. Tu sorts de la douche et t'accroupis pour te mettre à hauteur du volatile. Elle s'adresse à toi avec un fort accent chinois. « Tu dois te dépêcher Guerrier Rouge. Tu dois sauver ton clan. Mais prend garde aux ombres de Skata'lh qui sont déjà à ta poursuite. » Puis la chouette se détache de l'étiquette et s'envole par la porte restée ouverte.

-"Ouyooooooo" Suis-je en plein delirium ? Éberlué, mon genou ne me fait plus mal. Effet du LSD de combat OU BIEN je deviens barge je suis du regard hébété le mini volatil designé par les services de Vero p t’être même par elle qui sait... j'ai presque oublié que mon corps entier me démangeait, effaré je me laisse tomber en tailleur, et mes testicules sur le sol froid me rappellent à la réalité et je me sens comme déboussolé. ma tête tout lâche vient se figer sur mon unique basket. Et j'ai la canette de soda énergisant Owl-Powe® entre les mains... Mais je n'ai jamais entendu parler de ce produit... je ne savais même pas que nous faisions cela et n'ai jamais vu une seule fiche technique... boisson tonique et énergisante oui mais... Owl-Power®... jamais... "sauver ton clan ! t'ai -je dis !" résonne la voix au fin fond de mon crâne chauffé par l'irréalité qui me traverse et sous les effets du Psychoactif de bataille...

je me relève avec aisance, nu, uniquement chaussé du pied droit une canette dans les mains je sors et m'empare un balai raclette que je tiens telle une lance, je désaxe le râteau de caoutchouc. Vite ils sont en danger !

-" Skato fait gaffe à toi !" au pas de course je tente de retrouver mes compagnons oubliant le pourquoi de mon retour ici.

Tu parts en courant dans la forêt, armé de ta lance, couvert de ta chaussure. Tu fend les bois comme une guerrier apache. Tu sens l'esprit de la forêt, bien veillant mais sauvage. Une fraction de seconde, du coin de l’œil tu aperçois un lévrier rouge – auquel il manque des poils, sûrement un urticaire lui aussi – courir à tes cotés. Il y a quelque chose de pourri à saint-François du chien. Tu te retrouves dans une clairière sombre et froide. La pluie a cessé. Tu sens que c'est ici qu'aura lieu le combat contre les ombres. Tu t'arrêtes et observes autour de toi. Un hibou traverse le ciel. De l’orée des bois sortent des ombres. Quatre. Non cinq. Des hommes couverts d'une toge noire, capuchon relevé sur le visage. Il y en a un qui l'a mit à l'envers. Tes sens aiguisés pour la drogue te permettent de voir l'étiquette de lavage cousue dans un pli. Ils approchent. Ils ne sont pas armé.

Ok adossé à un arbre. Je scrute les gestes maladroit je quitte ma godasse et je trouve une grosse pierre dedans qui rentre pour la lester lourdement. Je bidouille un fléau rapide. Je serre au Max ma pompe. Pour emprisonner le cailloux et garder un maximum de longueur de lacets. Et j'attache le tout. Manche glissé sous les languettes tenu par l'entrelacement et le tout ultra serre puis entourée et noué. Une masse !

Tu assembles ton « arme » efficacement, instinctivement. Tu es à la fois calme et bouillant de rage, nu et invincible. Les ombres se jettent sur toi, coordonnées. Ils tendent leurs bras épais vers toi. Tu frappes. Un grand coup circulaire, accompagné d'un grognement d'ours acculé. 1d20 = 12, « Critique ! »

Les deux premiers ennemis sur la trajectoire mortelle de ta hache néolithique, parviennent à esquiver le coup. Mais le troisième se la prend en pleine face. Sa tête explose. Du sang gicle sur ton torse et ton visage. De petits bouts de cervelle décrivent des arcs de cercle sanglant au dessus de la mêlée. Tes adversaires et toi restez hébétés un moment. Mais booster par la dope tu reprends l'initiative.

Ma respiration est rapide. Mon corps est en transe la sueur, la démangeaison réactivé... Le stress? Je ne sais pas... Un courroux inconnu avait guidé mon geste... Comme happé de toutes réalités.... Je venais de tuer. Je n'étais pas encore accablé, ni vraiment conscient; Puas même touché par mon acte. Je suis le guerrier rouge, je protégerai les miens. Tenant en respect les cultistes, par des passes d'armes et d'énorme moulinet de masse composite. Les sectateurs restent obnubilés par le corps, pris de spasme gisant à mes pieds. Mais très rapidement ils se re-concentrent sur moi. Je m'immobilise en posture agressive, j'ai chaud, la bouche grande ouverte comme en pleine asphyxie. L'œil droit fermé gêné par une projection sanguinolente. je prêt a interpréter une nouvelle danse écarlate. -"cultistes ou sont les miens?!"

« Ne vous énervez pas monsieur Pobec. Calmez vous. Nous allons vous ramener. »

jet d'esprit 1d20 => 17 vs. 9-2 'échec'

Tu baisses ton arme un instant, assailli d'un doute. Les types s'approchent les mains levées en signe d'apaisement. Mais il y en a un qui s'est glissé derrière toi et il profite de ton relâchement pour te balancer une manchette sur la nuque.

1d20 =>1 vs. 12 'réussite'.

Ton tombes assommé.

Tu te réveilles. Combien de temps plus tard ? impossible à dire. Tu es attaché, saucissonné comme un rôti farci. Un homme en toge te traîne a travers la forêt. Tu entends le crépitement d'un talkie-walkie.

« Il y en a un autre qui est sortie du cadre allez le chercher » Tu crois reconnaître la voix de Robert Gusman.

« qu'est ce qu'on fait de celui là ?, répond un mec en toge.

-Philippe n'a qu'a le ramener au buffet.

-Il est dangereux maître, il a tué Francis !

-Il l'a tué par ce que vous êtes des incompétents ! … Ramenez le à quatre si vous voulez... Et ne vous inquiétez pas, il paiera lors du sacrifice... vous irez chercher l'autre après. Terminé »

Une minute plus tard vous sortez de la forêt. Ils te balancent tout attaché au bord d'une rivière, sous une banderole à fanions rouges où il est écrit « arrivée ». En amont il y a un lac. Et sur ce lac Greg Puivon dans un canoë qui rame. Derrière lui tu aperçois Véro Musso qui grimpe dans le bateau quand soudain elle se prend une pierre sur le coin de la tronche.

Pendant ce temps là...

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

à moi même: 

 

« Et merde, Quentin est parti, j’me retrouve seule avec eux… j’ai pris du LSD et on se retrouve à faire Pékin Express…ok respire, respire, putain ça me gratte, non non pas d’urticaire, je stresse ça y’est…j’ai chaud merde, merde, ressaisie toi.. »

 

Je me mets alors à souffler lentement, je me baisse tentant d’effectuer la posture du Lotus.

 

toujours à moi même: 

 

« Rappelle toi les cours de Maître Shen Fu »

 

Alors que je termine de me baisser, je glisse sur la vase se trouvant sous mes pieds et atterri le cul dans l’eau.

 

je crie:

 

« PUTAIN c’est froid ! »  je fixe alors mes pieds voyant de tout petits poissons

 

je me mets alors a rire: 

 

« AHAHAH une fish pédicure par Némo, regardez, ils sont tout colorés ! Ooooh ils sont magnifiques »

 

Je continue de m’extasier sur ce spectacle époustouflant remuant mes pieds comme une petite fille découvrant l’eau.

Greg Puivon

esprit 10
corps 10

+ faveur
- écervelé

égocentrique


Esprit d'équipe

-"Bon une chose est claire, comme l'eau qui court, court comme la maladie d'amour! On ne laissera pas ces peigne-cul gagner cette course, je le jure sur mon sang!"

Je prend une pose héroïque le pied droit sur un rocher, une couille sortie de mon slip de bain. L'air sur moi, me donne l'impression qu'une bâche en plastique me colle à la peau. je tends mon doigt dans la direction de l'aval de la rivière.

-"Vous voyez ces montagnes qui bougent la-bas? Comme ondule une vague, une vague belle putain!"

Je regarde autour de moi et trouve une flaque argileuse au bord de l'eau. Je plonge mes mains dedans et me badigeonne le corps.

-"Maintenant, je suis une arme... Je vais pourfendre mon chemin jusqu'à l'arrivée, Véro, Charles venez je connais le chemin!"

Je pars comme un dérouté, en me mettant a couvert derrière chaque rocher.

-"Attention, aux moustiques! C'est la saison!"

Je ne vérifie pas si Véro ou Charles me suivent, mais j'avance déterminé... Une cascade, à vue de nez 8 mètres de haut, un arbre tend une belle branche au-dessus du gouffre. Je prends mon élan, je saute et m'accroche à la branche...

-"Youhou!!!!"

La branche craque, avec la force créé par le saut j'effectue un salto arrière toujours avec la branche cassée dans les mains et disparait dans les eaux.

Véro et Charles regardent en bas apeurés... Je ne remonte pas.

MJ

« Vite mademoiselle Musso ! Il faut aller l'aider » Charles Podul saute la cascade (à vu d’œil 80 cm) et secoue énergiquement Greg qui fait des bulles le nez dans une mare de boue. Sur le bord du chemin Cardo et la stagiaire regardent la scène d'un air désolé et reprennent leur route, bien à l’abri sous leur parapluie.

Véro regarde autour d'elle à la recherche d'un improbable secours. Ses pieds piquent. Elle baisse les yeux et se rend compte que ce qu'elle pensait être de mignons petit poissons sont en réalité un véritable banc de piranhas affamés. Elle pousse un véritable hurlement de terreur et saute le rocher (oui celui d'au moins 70 cm de haut). En retombant elle se prend le pied dans l'entre-jambe de Greg – ce qui a le mérite de remettre son testicule en place – culbute par de dessus M. Podul et s'étale de tout son long dans la bouillasse. « ils vont nous manger. Comme dans le film. Ils vont nous manger, marmone-t-elle dans sa terreur »

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

« Aidez nous, aidez nous bon sang… Oh! J’ai une idée !! mettez vous de la boue sur le corps, allez allez... ils ne nous verrons plus, camouflez, camouflez vite avant qu’ils ne nous mangent, et puis en plus c’est bon pour la peau… »

Greg et mr Podul me regardent étrangement, Greg semble prendre un peu de boue et se l'étaler vite fait.

Je prends une grosse poignée de boue et me l’étale sur le corps et le visage, tout en me grattant discrètement, la boue ayant l’air de calmer mon urticaire.

Mon corps et mon visage recouvert de boue, je me mets alors bien droite sur mes pieds et lance l’air toute fière:

« vous voyez… ils sont partis… incognito, ni vu ni connu paf paf… » 

Moyennement sure de ce que j’avance, je recule petit à petit, hors de l’eau.

« Bon allez et si on se mettait en route ? tirant Greg et le directeur pour les relever, c’est pas tout mais j’ai un petit creux…"

 

Greg Puivon

esprit 10
corps 10

+ faveur
- écervelé

égocentrique


Esprit d'équipe

Je reprends mes esprits...

-"Putain j'ai failli crever"

Je me reprends, secoue la tête.

-"Je ne vous remercie pas de m'avoir sauver! Ca vous a fait perdre du temps. Dépêchons nous! C'est pas ces enculés de poiscailles qui vont nous ralentir!"

Je me jette les deux mains en avant dans l'eau où se trouvent les piranhas. Je ressors de l'eau avec un poisson dans les mains, lui fout un coup de boule et lui bouffe le flan... Je jette son corps vers la rive.

-" Yaaaaaaa! en avant compagnons nous pouvons encore gagner cette course, t'facon Charles est avec nous, ces connards n'oseront jamais battre le patron et si c'est le cas, je compte sur vous, Charles, pour les saquer! Go!"

Nous continuons tous les 3 sur la route de la victoire.

MJ

Remontés (démontés) comme des armoires Ikea vous reprenez sérieusement la course. Vous courez dans les flaques, nagez dans les mares, sautez des cascades. Le tout en poussant des cris de prédateurs : le lion malade pour Charles, le guépard borgne pour Greg (qui s'est pris une saloperie de moustique dans l’œil), la musaraigne pour Véro. Vous avancez assez vite, même si les distances changent à chaque fois que vous clignez des yeux (ce qui rend Greg un peu fou à cause du moustique). Après un toboggan naturel couvert d'une pittoresque voûte de saule pleureur, vous traversez un canyon assez calme, mais un peu trop sombre (on ne voit pas bien s'il y a des piranhas). Là vous parviennent les cris d'un homme « non, non ! » accompagner de bruits d'éclaboussures et des rugissements d'une femme en plein effort. Les sons semblent provenir de votre droite, de l'autre côté de la paroi de la gorge.

« C'est Pauline, déclare M. Podul. Je la reconnais. On dirait qu'ils sont en train de se battre. »

Greg Puivon

esprit 10
corps 10

+ faveur
- écervelé

égocentrique


Esprit d'équipe

-"Oh mon dieu!"

Je repère le banc de piranhas (je pense que c'est le même que tout à l'heure car ils me regardent d'un air de déjà-vue), plonge dans l'eau à plat en plein centre. Le choc de mon corps dans l'eau fait disperser le banc mais j'arrive à en choper deux par la queue, je me redresse maintenant armé de 2 piranhas "vorpals +2" et fonce vers le lieu du litige.

Je pense que ce qu'il se passe est le résultat du RP solo de Guillaume donc je ne m'avance pas sur ce que je vois.

MJ

Excités comme des puces dans un bol de cocaïne Greg et Véro escaladent la gorge en sifflant la musique de cliffhanger. Charles Podul resté en bas les invective « Mais revenez ! Revenez ou vous êtes virés ! C'est l'occasion ou jamais de prendre de l'avance ! »

« Voyons Charles, vous n'êtes pas sérieux, lui cris Greg Puivon. Partez devant on vous rejoint. »

Les deux aventurier traversent les rochers jusqu'à l'autre bras d'eau. En contrebas vous apercevez Pauline Gurié, torse nu, qui enserre d'une main la gorge de François Duch et de l'autre, menace de lui éclater la gueule avec une grosse pierre. « tu n'es qu'un faible ! Qu'un FAIBLE ! Lui crie-t-elle. »

Armand Flotin tente de s'interposer, vous êtes trop loin pour l'entendre. « Continue la course toi ! Je te rattraperais. Aller court ! » elle lui balance la pierre sans l'atteindre. Armand s'enfuit. Elle resserre son étreinte autour du cou de François et lui pète le nez à coups de poing.

Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique


Gandalf le Blanc


Web Munster

Je m'apprête à continuer la discussion, mais n'ai que le temps de pronocer : "Et donc..." avant qu'un cri perçant ne couvre le mot suivant et détourne notre regard à tous deux. J'aperçois notre fine équipe en train de patauger à pas lourds dans l'eau, tombant, trébuchant, se battant contre l'air et l'eau (sacré lsd mon vieux Raymond, tu te serais fait des couilles en or avec ça si tu l'avais inventé pendant tes années hippies).  J'entends Podul leur crier quelque chose et je crois reconnaitre nom de Pauline dans ce qu'il dit. En tout cas, ses mots déclenche tout de suite la fureur de ses deux comparses qui se dirigent vers la source du cri commes deux chiens fous rejoignant leur maître sur la berge. Podul les engueule apparemment, et reste en arrière. Quentin n'est toujours pas là. Il est passé où lui, faudrait pas qu'il se soit blessé pendatn son trip ça pourrait me retomber sur la gueule. 
"Olà, ça se corse par là-bas" lançai-je à Clémence. "Allons voir ce qu'il se passe" lui dis-je, et de nous diriger tous deux serrés sous le parapluie.

Greg Puivon

esprit 10
corps 10

+ faveur
- écervelé

égocentrique


Esprit d'équipe

Je passe derrière Pauline, tend mes piranhas au niveau de ses oreilles et tente de les utiliser comme pinces (en mordant les oreilles hein) pour tirer Pauline vers moi pour qu'elle lâche son étreinte.

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

je m'élance face à elle et l'attrape par la taille pour tenter de la faire tomber.

MJ

Greg fait le tour de Pauline en se camouflant comme un ninja noir de film des années 80 au milieu de la banquise. Il s'approche comme un chat bourré et lui frappe les joues avec ses « piranhas ».

1d20 => 16 vs. 12+2 'échec'.

Pauline, surprise, les yeux injecté de sang, lâche François, se retourne et balance un coup de boule à Greg...

1d20 => 9 vs. 12+2 'réussite'.

...qui lui pète l'arcade sourcilière.

 

Véro profite de l'inattention de Pauline pour la ceinturer.

1d20 => 13 vs. 12+2 'réussite'.

Elle la plaque comme un rugby man du XIXème et toutes deux vont rouler dans la boue.

 

François, le nez en sang part en courant.

Greg Puivon

esprit 10
corps 10

+ faveur
- écervelé

égocentrique


Esprit d'équipe

Je me contorsionne de douleur au sol en tenant mon arcade.

-"Putain de sale PUTE! Elle m'a péter l'arcade, SALOPE, Raclure de déjection de...... Sale PUTE !"

Je commence à pleurer, plus de colère que de douleur...

-"Rhaaaaa, tu vas vivre un enfer, sale bouffeuse de bite de merde!"

Je me relève et part dans la direction de Charles dans le but de tout cafter.

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

Je me débats avec elle dans la boue, essayant de la faire revenir à ses esprits, je tente de lui donner un coup de poing au visage. 

Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique


Gandalf le Blanc


Web Munster

J'arrive un peu plus près de la zone avec Clémence. Héhé, c'est bon ça, me dis-je à moi-même. Je regarde quelques secondes et comme je sens Clémence commencer à claquer des jambes et des fesses j'analyse le truc. Je connais un peu ma drogue, alors soyons lucide : il suffit de leur faire croire quelque chose de manière convaincue pour qu'elle y croient et y adhèrent. Je referme le parapluie et le brandi en l'air tel un sceptre, écarte les bras, et lance de ma voix la plus autoritaire et la plus forte :
" Vous ! Regardez moi ! RE-GAR-DEZ MOI ! Je suis Gandalf le Blanc, détenteur de l'anneau unique et du feu Grégeois (j'ai lu Tolkien il y a 40 ans et j'ai jamais vu les films alors j'ai un peu oublié) ! Et ceci est le sceptre d'Ottokar ! Cessez cette bataille im-mé-dia-te-ment ! M'ENTENDEZ VOUS !? IMMEDIATEMENT ! Rejoignez sur le champs vos équipes et continuez la course, ou bieeeeen.... ou bieeeeen.... !  J'aaaaabbattrai sur vous la fureur du dragon et je détruirai vos misérables existences en un souffle ! "

MJ

Véro balance un coup de poing dans la bouche de Pauline qui s'étale dans une mare. S'étouffer, ça la calme un peu.

Soudain la voix puissante de Gandalf le blanc retentit.

Les lutteuses tournent la tête vers lui. Une éclaircie bienvenue permet au soleil de midi de percer les nuages. Elles le voient resplendir.

Véro 1d20=> 16 vs. 10-4 'échec'.

« le sceptre d'ottokar... oui ça me dit quelque chose. » pense Véro Musso.

Pauline 1d20=> 9 vs. 10-4 'échec'.

Elle se lève, crache un mélange de boue et de sang et s'éloigne brandissant sont majeur vers Véro « je t'aurais toi la salope. Y'aura pas toujours un istar pour te sauver les miches. »

Arrivé sur un rocher elle fait face à Cardo. Sourie. « j'ai toujours su... » le vent emporte la fin de sa phrase et elle part en courant dans la rivière.

MJ

Greg et Monsieur Podul sont sur un bateau.

Tu avances. Tu as grave les nerf et tu as mal à la tête. Au bout de quelques mètres, après un petit promontoire, les deux cours d'eau se rejoignent et forment un petit lac. Au bout du lac des banderoles indiquent la ligne d'arrivé.

A l'embouchure de la rivière de gauche tu vois Podul qui pousse un canoë dans le lac. A coté de lui, un homme, grand et maigre, en toge noir lui tend une pagaie. Plus loin au milieu du lac tu aperçois Armand qui nage vers la victoire.

-"vite Charles !"

Je court sur le canoë en arrachant la pagaie au gars en toge

Je capte même pas si Charles est monté dans le canoë et je pagaie comme un malade... Je passe au-dessus d'Armand pour le couler dans la foulée...

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

J’entends les propos de Pauline et écarquille les yeux: 

« Salope ? c’est pas moi la secrétaire hein… et quant à mes miches elles ont le mérite de ne pas être à l’air, la prochaine fois je te refais ta rhinoplastie ! »

Je me relève, regarde Gandalf et m’incline: 

« Merci Ô Gandalf de votre miséricorde, je vais de ce pas rejoindre mes équipiers »

Je me retourne et n’aperçoit plus mon équipe: 

« Quelle bande de lâches, me dis-je »

exécutant les ordres du grand sage, je me dirige vers un chemin pour rejoindre mes comparses. 

Je lance un dernier regard noir à Pauline et lui renvoie un majeur discret et furtif.

MJ

Véro traverse le promontoire en tapant des talons comme une petite fille qui boude. Elle aperçois le lac. Sur sa droite Pauline s'est assise sur la berge. Elle a l'air de pleurer. Sur le lac elle voit Greg dans un canoë jaune qui pagaie comme un barge. Il traîne Charles Podul qui s'accroche tant bien que mal à l’arrière du bateau, tout en essayant de balancer des coups de pied à Armand qui le tient par une cheville.

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

 

Voyant Pauline pleurer sur le bord du rivage je m’écrie:

« C’est ça Pauline pleures, tu pisseras moins ! ahaha »

Et m’élance pour être au niveau de Greg et compagnie:

« Héééééé attendez moi ! moi aussi j’veux manger !! « 

Je saute alors à l’eau, et nage avec l’agilité d’une sirène (enfin c’est ce que j’ai l’impression de faire)

 Arrivée à hauteur d’Armand, je grimpe sur lui pour arriver à agripper à mon tour Mr Podul, que j’aide par la même occasion en donnant quelques coups à Armand:

« T’es pas dans notre équipe Armand, lâche nous !! »

J’agrippe alors très fortement Mr Podul, qui parvient à faire lâcher prise à Armand

« Allez Greg, ramez !!! on est avec vous !! on est des battants ! »

 

Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique


Gandalf le Blanc


Web Munster

Satisfait de mon petit tour de passe-passe, je tourne le regard vers la Musso qui engueule Pauline et se lance à la poursuite de Greg et Podul visiblement talonnés par Armand. Sur ma trajectoire, mon regard croise celui-de Clémence qui a visiblement retrouvé son sourire et qui m'offre des yeux pleins de malice. Elle se tourne alors vers Pauline, à quelques mètres de là et lui crie  : " Pauline ! Je suis Niké la déesse de la Victoire ! Depuis la Grèce antique je suis venue te pousser à te lever et à finir cette bataille ! Au nom d'Athéna je t'ordonne de sécher ces larmes et de terminer la course ! La fin est proche, ta victoire et celle des tiens aussi ! Lève toi et marche ! "
Quelque peu surpris par sa réaction, je lui glisse : " Ahem... Si tu aimes le théâtre, n'oublie pas que ton oncle est cardiaque...", avant de lui enjoindre la marche à suivre pour rejoindre les autres. 

MJ

Pauline se lève. Blanche comme une statue antique. Elle attrape une grosse pierre ronde et plate sur le bord du lac. Elle fait quelques pas le long de la berge, tournant comme un discobole et balance sa caillasse au dessus du lac en direction du canoë.

1d20 => 10 vs. 11+2 'réussite'.

La pierre rase la surface du lac, ricoche sur l'onde et bondit en direction de Véro qui la reçoit en pleine tronche. Ça fait mal.

Pauline sourit. Elle plonge et part dans un crawl furieux vers la ligne d'arrivée.

Juste après la ligne d'arrivée vous apercevez de loin un homme nu, ligoté, sur le bord de la rivière.

Greg Puivon

esprit 10
corps 10

+ faveur
- écervelé

égocentrique


Esprit d'équipe

Je suis à 2 metres de la ligne d'arrivée, je sens Charles à mes côtés et le laisse passer la ligne avant moi faisant semblant de trébucher.

-"Bravo Charles, c'est grâce à vous que notre équipe a gagnée."

Charles visiblement fier de lui.

-"Merci mon petit, j'ai, quand même, le meilleur assistant possible d'avoir."

-"Oui mais seul le top des patrons est capable d'être assisté par le top des assistants..."

Nous nous faisons une tape amicale. Je prends une grande inspiration.

-"Oh faite, cette pute de Pauline va devoir nous quitter, elle a complètement péter les plombs, on l'a vu en train de foutre une raclée à Francois, en bon chef, j'ai tenté de les séparer, mais elle m'a ouvert l'arcade avec un coup de boul. Elle s'est battue avec Véro aussi. Je vous conseillerais de la virer pour faute grave, sans indemnités et de porter plainte pour coup et blessures. Sa vie va devenir un enfer."

Nous regardons le reste du groupe arrivé. J'entends du bruit derrière moi, me retourne et vois un homme nu ligoté sur la berge...

-"Charles couvrez moi"

Je me dirige vers l'homme nu a pas de loup... je lui dis, confiant:

-"Eh! C'est une plage Maso ici? Où tu as un probleme?"

Continuant d'avancer, mes yeux s'écarquilles, je me trouve devant .................

MJ

... Quentin Pobec ...

Quentin Pobec

esprit 7
corps 11

+ irrésistible
- panique

irritable


Rambo


Mac Gyver

 Un immense hibou me porte, l'ambiance est verte, il fait chaud et humide. Je sens le vent chaud, une caresse d'été. Cela me fait du bien! je suis nu ! Haut dans les cieux le vent caresse mes couilles. Je lève la tête et le hibou me regarde bien veillant. Je n'ai pas peur ! Nous sommes au-dessus d'une grande baptise dominant le relief, posé là sur une arêtes rocailleuse, sèche...avec une immense cours centrales... toute sombre et pas de bonne augure. Puis il me lâche et je tombes dans un buisson tout épineux, c'est un piège vite, des répliques de fan de scream sans le masque m'attaquent ! et je me transforme démesurément en gros monstre humanoïde intégralement rouge vif ! Mes membres ont des contractures, le corps en spasme et mes veines sont dilatées, le corps luisant et presque caoutchouteux ! Je sens une furie jaillir du fond de mon âme... ma musculature et impressionnante, ma tête paraît légèrement plus petite. Je n'ai ni nombril ni sexe. Mes yeux sont petits et blancs. devant moi le hall d'entrée de Sakata... puis les humains drapés courent, ils sont nombreux me sautent dessus. Je me bats comme un beau diable ! La mêlée est anarchique c'est bouillonnant et un mal règne autour de moi j'ai besoin de mes compères !

 

 ...Ligoté comme un saucisson, j'ouvre un œil, un rêve ou le LSD... le corps luisant de sueur, orné de feuilles sèches, de terre, griffé, sale et moucheté de sang. La moitié de ma face estcouverte de sang. J'ouvre les yeux. Le crâne en fanfare, j'ai mal. Le rêve revient à mes esprits fixant ses images. La moitié de mon visage colle. J'ai les cils et la moitié de la face engluée. le sang caillé.


Je gigote dans tous les sens. La caboche marquée d'une grosse bosse... je la sens en appuyant ma tête sur un galet... tout est embrouillé et suis encore fiévreux, mais ce n'est pas si désagréable et c'est le flou total. 


Une odeur de savon de Marseille et de Mennen® mêlée a de la sueur. Pour le Mennen® je l'ai  reconnus de suite, j'ai le même. C'est le Mennen X-trem trem ice-fresh régulateur 48H. En gel-stick à molette... 75 ml pour la sueur... la sueur je reconnais également c'est greg sa voix me réconforte.

 

-" merde ... aie greg c'est quoi ce merdier ? me répétant:

 

-"ho putain ! C'est quoi ce merdier putain de produit.... wooooo"

 

je regarde l'ami puivron.

 

-"mais je suis réellement attaché ... mais c'est quoi ce bordel ?"

 

j'ai une sentation de malaise (un peu comme parfois quand je dis bonjour à nadege, la jeune secretaire alors qu'il y deux ans, pendant la fête de noël de la boîte tout bouré et sous coke ... j'ai eu des rapports trés poussés dans un R.I.A avec cette nadege une standardiste, je l'entends gemir et nous vois tout deux plaqués dans le noir, lui fouillant son trou du cul par de grand vas et viens.... oui ! ce sentiment de gêne qui jaillit quand je dois lui faire la bise en public où lui dire bonjour. Ben là c'est pire... un truc cloche. Un peu comme... oh et puis ! Zut !

 

-"greg detaches-moi !" secouant la tête de droite à gauche contracant mon corp comme capable de faire peter toute la ligature me tenant prisonnier.

 

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

Entendant les voix de Greg et Quentin, je regarde plus attentivement la scène et me dirige vers Quentin:

« merde, mais il s’est passé quoi bordel ! »

je commence à le détacher, (et me rince l’oeil par la même occasion)

« Greg, vous êtes blessé ?? C’est encore cette saloperie de Pauline, j’en suis sure, elle nous attaque !! ça va être la guerre !! »

Je la cherche du regard, et l’aperçoit en train de nager vers la ligne d’arrivée

« Oh putain, regardez elle va vers la ligne d’arrivée ! »

Je pars en courant le plus vite possible :

« Désolée Quentin,mais je vais me la faire, elle va payer pour ce qu’elle vous à fait!! »

Quentin Pobec

esprit 7
corps 11

+ irrésistible
- panique

irritable


Rambo


Mac Gyver

-"Bordel ! " dit Grég.

Véro en mode sprint sur la berge, arrive au niveau de la nageuse d'improvisation,

Grég rentre dans le l'eau précipitamment!

"mais Véro detachez-moi." dis-je de mon sourrire auquel on ne peut resister ... elle ne m'entend déjà plus.

Véro et son élan bien prit, saute depuis un rocher qui surplombe le lit d'eau et plouf ! dans un fatras d'éclaboussure arrive au niveau de manaudou.

-"Reste ici salobleeuw !" Crie Véro dans sa bombe d'eau !

Merde... un vrai spot pour nos spray Sakata réalisais-je... mais je gis toujours comme un nase à moitié détaché....

C'est l'euphorie et Puivron, encourage la designeuse.

-" yeaaah allez- y Véro !" hurle greg en pleine pleine patauge éffréné un large sourire sadique, ... les deux mains sur la taille avec sans nul doute un niveau de dopamine élevé. Puis il lance les mains en porte-voix:

-" de toute façon tu vas te faire virer espèce de ...psychopathe !!!"

Je soupire...

-"LSD laisse sakata divertir..."

je l'aisse retomber ma tete sur le sol. Par pur dépit...

-" putaiiiiin aie!" mon crâne me fait mal au contact d'une pierre... sans doute cette grosse bosse.

'" hey vous m'aidez aujourd'hui où demain !!! on s'en branle de cette compet' !!! je suis attachéééééé allo !!!!!"

je bouge comme une chenille sur place et je commence à jouer avec les noeuds , je m'énerve et je gueule.

-"Putain je n'y crois pas... les c... aaaargh...."

-"gniii arrgh detachez-moi."

je suis ridicule à souhait mais je sens le lest...je me detache petit à petit, je m'impatiente.

Véro et pauline se " frittent" je crois.

Le responsable pro se retourne vers moi l'arcade ouverte l'oeil à demi clos.

-"allons greg du self control veux-tu !"

il cherche quelqu'un ou quelque chose du regard.

je regarde greg et lui decroche mon irresistible regard, ajourant mes dents parfaites. 

-"greg détachez moi" après un court temps de pause "..... s'il vous plait'." le sourire bright

Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique


Gandalf le Blanc


Web Munster

Clémence a l'air contente de sa petite tirade. Nous pressons un peu le pas pour rejoindre les autres qui semblent avoir atteint la ligne d'arrivée. 
A quelques mètres d'eux, j'aperçois au sol un type à poil, ligoté, dont je reconnais la voix : Pobec ! haha, hé ben le voilà ! 
Greg et la Musso s'activent autour de lui, qui leur gueule dessus comme un âne pour se faire détacher. Eux n'ont pas l'air très malins : ils s'approchent de lui, le regardent, paniquent. Podul à l'air d'être encore plus à l'ouest, et se tient un peu en recul en regardant en l'air comme un autiste. 
Presqu'arrivé à leur niveau, j'entends la Musso qui commence à pester contre Pauline, tourne la tête, l'aperçoit, et se jette à sa rencontre. 

"Tu m'étonnes qu'elle ait les boules ! ", lancé-je un peu fort, "avec la pierre qu'elle s'est prise !"
 Puis, un peu plus fort encore, en direction des deux excitées : " Joli tir Pauline faudra que tu m'apprenne !! Mais un peu dangereux avec des pierres quand même !"

En arrivant sur eux : "Bon les gars, vous avez complètement fondus les plombs (oui je suis vieux j'ai des expressions des années 70)". Fouillant dans la poche de ma chemise, j'en sors une petite boîte remplie de pillules de toutes les couleurs. J'en choisi 3 bien bleues et leur dis : "Vous allez me prendre ça, ça va vous calmer un peu. C'est des anti... ouais bref, on s'en fou, prenez moi ça, vous aurez l'air moins cons". Puis je lance à l'attention de Podul : "eh bien dites moi Charles, c'est gratiné vos réunions, je voyais ça plus chiant". 

 

MJ

Quentin détaché, il avale une pilule, vite suivit par Greg et Monsieur Podul. Vous vous sentez déjà mieux.

Un peu plus loin, sur l'autre rive se trouve un barnum avec un bar et un buffet. Des types en costard remplissent des coupes de champagnes et des plateaux de petit-fours. Deux jeunes filles déguisé en vahinés, visiblement frigorifiées, s'approchent. Elles remettent un collier de fleur à Puivon et Podul et lancent d'un air blasé : « Bravo vous avez gagné vous avez le droit de profiter du buffet offert par notre partenaire la duré les autres vous avez le droit de regarder encore félicitation à nos vainqueurs. » Vous vous dites que soit elles ont appris ce texte par cœur sous la torture soit ce sont des robots. Une fois leur speech terminé elles se tournent vers le frère Panil qui vient de vous rejoindre. « bon on peut y aller maintenant ? » Le moine leur fait signe de le suivre et ils s'enfoncent dans la forêt.

Armand sort de l'eau. « putain mais c'est quoi ce bordel... et... mais... vous avez tous péter un plomb ou quoi ? » Il aperçoit le moine qui part. « Hey ! Attendez moi... je veux me barrer d'ici. » Il part en boitillant à la suite du moine et des vahinés.

Un type arrive avec deux coupes de champ. Il en tend une à Greg – qui l'avale d'une traite – l'autre à Podul qui y trempe les lèvres. « Si messieurs veulent bien me suivre ».

Dans l'eau, Véro et Pauline se mettent sur la tronche en s'insultant copieusement, l'une en grec ancien, l'autre en elfique.

Quentin Pobec

esprit 7
corps 11

+ irrésistible
- panique

irritable


Rambo


Mac Gyver

(pendant le pugilat)

Raymond: -"Alors tintin, t'étais passé où là?"

Quentin: j'ai les corps moucheté de sang et la moitié de la face égallement (mais je n'ai pas l'air d'y faire gaffe ) j'ai comme une plaie(c'est un bout de cervelle) qui ne m'appartient pas, au niveau de l'arcade et du sang séché en coulure dans les paupières et cils

-" tintin hum ?..." j'affiche un sourrire, je finis attaché personne s'en soucis vraiment

(Je contiens mon affolement) -"...et ensuite ton médoc c'est violent un peu trop pour des tests techniques à mon goût (toujours en discussion) bon greg m'a dit que c’était gouvernemental... mais quand meme... je..."

 

Raymond:-"Alors ? Efficace hein ? Ouais bon il est pas vraiment valide mais au moins ça fait son effet;

Alors mon grand t'es tombe sur des sm ou des ronces ? "

Quentin: -" j'ai vu des trucs de fou je crois... si en fait j'ai pas rêvé...Hum ? merde... je ne sais pas j'ai peu être fais de la merde.

R:-" oh tu sais aujourd'hui j'ai entendu pas mal de trucs, alors je suis plus à ça près..."

Q: -"et puis... "(je suis clairement pas bien)

R: -"bon, y'a quelques trucs qui me font dire que ce petit séminaire est un peu plus trodu que ce qu'on crois alors vas-y, balance..." (pendant que je dit ça je vois ta mine déconfite, je cherche un autre cacheton et te le tend)

-"tiens prend ça, c'est un genre de guronzan."

Q: -"hum t'es sur ? je commence à me mefier de ces trucs là en fait. (affiche une mine de dedain)

R: -"comme tu veux, mais ça ravigote. Tiens" (je te tend le parapluie et ma veste)

Q: -"cardo j'ai vraiment vu des trucs chelous et plus la memoire se ré-imprime et moins j'aime tu as vu le nom de la rose cardo ?"

R: (je lance un coup d'oeil à Clémence qui étais un peu derrière et lui indique de se rapprocher de nous)

Q: -"ben c'est un peu le même sentiment pour moi actuellement sauf que j'ai l'impression d'en vouloir également à la boite... y'a quelque chose de pourrit ici..."

R: -"pourquoi t'as reconnu des gens ? En fait tu m'as pas dit, qui t'as fait ça ?.

Q: -"la 9ème porte c'est plus la neuvième porte ... merde (je prends mon front entre mes mains)

R: -"ouais bon tu sais, les jeux vidéos j'y connais rien, mais bon...ok, ok, (je m'accroupi à ton niveau) "prend le temps et explique moi."

Q: -"Il est tiré du roman d'Arturo Pérez Reverte Le Club Dumas... (je fais une pause) bon c'est un putain de film ok de polanski ok... bref.

R: -"ok ok, je connaissais pas.

Q: -" je me fixe toujours à des repères de conso ca me rassure et me donne une marque... bref on s'en fou... (des images defilent encore dans ma tête)

"...oil ou low quelques chose en boisson énergétique ça te parles ? un energy drink de chez nous visiblement j'ai jamais eu aucune fiche technique ni.... OWL-power c'est ca ! O-W-L POWER !"

R: -"ouais, ça me parle, j'avais bossé sur un truc du genre y'a quelques années bref je ne connaissais pas ce produit.

Q: -"serieusement ? il est commercialisé ? en france ? japon?"

R: -"ouais, ouais je crois bien (en fait j'en ai pas la moindre idée)* à voir avec maxime sous reserve de modifications; ...enfin tu sais j'en vois tellement passer des projets, je sais jamais trop comment ils sont utilisés ou revus. La plupart passe même pas la barrière des tests, mais bon, ça reste la propriété de la boîte donc bon..."

Q: Coupant la parole, faisant non d'un signe de main.

-"une boisson sans code barre ne peux être commercialisé... mais c'est au final un détails qui à son importance."

R: -"ils t'en ont fait boire ? ça t'as fait quoi et puis... ils, c'est qui ?"

Q: -"je l'ai prise je crois, je ne sais plus, je...te dis que ton truc m'a scotché la gueule... mais ce sentiment de réalité... in-des-cri-ptible!"

R: -"ouais c'est encore les idées à la con de greg ça... "

Q: -"...Ce moment ou tu sais que t'es en plein trip et si proche de... Quoi? c'est greg et toi qui sont chargé du projet ? c'est aussi gouvernemental ca pue votre truc... bref..."

R: -"Non non je parlais de son idée de prendre du Lsd mais ok... ok ca vous à tous, attaqué le cerveau aujourd'hui par contre, comme je te dis je reçois des demandes vagues de Greg et je créé des molécules. Après le produit je m'en occupe pas et tu sais bien que je m'en tape oui! Écoute on a pas mal discuté avec la petite clémence ici. Tu savais que c'était la nièce DZ podul ?"

Q: -"Hehe merde, non raymond, j'en savais rien."

R: -"Enfin bref elle m'a raconté des trucs pas Jojo, alors j'essaie de savoir le faux du vrai et à quel point faut se méfier de ces gros cons. Donc bref raconte moi ce qu'il t'es arrivé, voir si ça fait écho à quelque chose ok ?

Q: -"raymond... écoutes moi... je crois que j'ai merdé

R: -"c'est à dire ?"

Q: -"..sur toute la ligne mais j'ai le sentiment qu'ici on veux pas simplement d'une cohésion et d'un esprit d'équipe pour créer la poule aux oeufs d'or.

R: affichant sa plus belle moue narquoise.

-"mouais c'est bien ce que j'avais cru comprendre"

Q: -"Par contre ironiquement on va devoir se souder j'en ai la convcition ...mes fringues! je veux mes fringue! ca suffit les conneries..."

R: -"ok ca marche, on va allé chercher ça. Mais d'abord on va aller profiter 5 min du combat de filles et leur passer de quoi se calmer elles-aussi. quoiqu'il se passe ici je pense qu'elles sont ausi larguées que nous.

Q: -"la mémoire me revient de plus belle je crois avoir pété la tronche à un type en bure sombre je sais pas pourquoi je te racontes ca ... mais...."

R: -"mais... ?"

Q: (je regarde à gauche a droite enfilant ta veste qui couvre l'essentiel: j'ai froid )

R: -"t'inquiète pas pour clémence, y'a pas de problèmes."

Q: -" écoutes j'en sais rien mais au point ou j'en suis... aaargh je m’étires les joues déformant mon visage et mes orbites et soupire fortement.....

-"nous etions au bord de la rivère (je me vois et commence à narer)

" je suis chaud et me fourre en tête de rentrer au vestiaire pour chopper d'la flotte dans ma valise. Je me paume dans les bois, désemparé et désorienté... je finis aux vestiaires je crois... c'était peut -être pas les notres. Je ne sais pas où sont nos affaires mais je ne m'en préoccupe pas plus....Je ne sais pas trop combien de temps j'ai dù tourner en rond dans les bois... J'ai un souvenir de puissance comme si....comme si j'étais un athlète ! Mais mon corps me brûle et me gratte de plus en plus. J'avais appercu des rougeurs sur mes mains et que j'avais un gros urticaire un peu avant... avant, je ne sais plus trop quand. (je fais une pause et reprends ma respiration) "C'est là qu'au vestiaire tout c'est accéléré!" (mon genou me lance je touche ma plaie et mon ecchymose je constate coupant mon recit ,l'état de ma jambe) "putain je me suis même baisé le genou...bref (je me recentre sur mon histoire) "je me souvient me foutre a poil et sauter sous la douche pour me soulager ... je pétais les plombs sortant de là, calmé par la douche, ca m'a fait un bien fou." (je regarde mes pieds qui triture le sol) "Je sors donc des douches encore bien éclaté pas ton matos de merde.

Intervention du mj il ne tenait plus.

Maxime:(cest la que ca se corse)

Q: "je sors de la douche donc et la je vois une boisson énergisante de chez Sakata: du owl-power.

sur un banc... bim là comme ca stupefait un volatile ressemblant à un hibou ou une chouette.... bref sort de l'étiquette et me parle je trip à mort mais un brin perturbé. Il me dit que je suis un guerrier où un truc comme ca, que je dois sauver mon clan et de me méfier des ombres de Ska... quelque chose. et que je suis déjà surveillé ou en danger. Là je reste con, complètement abrutis par ce quil vient de se passer et j'y crois dur comme fer. Je veux dire... merde c'était ... tellement fou.... Je pète un plomb sur cette boisson qui ne me dit rien et sur cet alu qui me parait si réele. Je me casse ! Je pique une raclette de piscine et je suis persuadé que je dois aller vous sauver et le hibou me guide dans ma tête par sa voix je crois. Je fonce comme un bourin dans les bois je sais plus de ce que j'ai fais de mes affaires ni meme de la canette.je suis comme tel à oilp il me reste juste ma basket. S'teplait...je vois un clébard tout rouge il m'accompagne en courant dans la foret j'ai l'impression de faire une traque où un truc comme ça... Mes sens sont en alerte et je sais que c'est ici ! Que je suis arrivé là ou je devais etre....

Mon corps, mon âme savent que les ombres néfastes sont là et que ça va partir en couille."

je sors de mon récit réalisant que je rivalise avec Pierre Bordage avec mon histoire.

-" je vois bien que tu me regarde avec tes grand yeux écarquillés." (je garde mon serieux comme si je devais convaincre raymond, moi meme je commence a ne plus me croire, je me ressaisis. Reprenant mon anecdote)

-"je stop dans une petite entrée feuillu ouvrant sur une clairière depuis ma position, dans le ciel je vois un bel hibou...et là paf! des frissons ! Des mecs sortent de je ne sais où, des fourrés et arbres ils sont au moins 5. Ils sont habillé comme dans star wars putain ! ou comme des curetons en toges noires avec un qui à meme une cagoule toute noire. Mais c'est pas crédible." (je souris)

-"Je voyais une étiquette pour le lavage en sortir d'une doublure." ( je remus la tête)

-"putain je me planque furtivement histoire de sortir de leur champ de vision, je cherche en 4 secondes une idée. Bim comme une chaine huilé les idées s'enchaînent...je fais sauter ma godasse! Ramasse un gros cailloux et avec le manche de la raclette je me bidouille une arme ! Comme un tacticien! là je suis comme un pro de guerre tu vois ! Et je sors de derrière mon gros arbre serein. Ils me sautent dessus ces connards ! Bam ! Ca part de là, ils me saissient! je me debats, c'est chaud ! Je suis ultra fort ! je balaye avec mon arme suréaliste là et blam! j'en dé-boîte un !

(re ralentis l'élocution de mon histoire, cassant le rythme, je devient bleme)

-"...comme dans un bon film je me tiens prêts et je me démonte pas! ça continue je veux pas qu'ils m'approchent et tu sais quoi, ils connaissent mon nom ces connards! ils me disent meme de pas m'énerver.

et je baisse ma garde... comme un con et ils s'approchent de moi les mains en l'air. Les enculés, ils m'assoment et il me transportent dans les bois j'crois. Le... le mec que j'ai buté il s'appelait Francis

et tu sais quoi ils aiment pas que l'on sortent de leur delires de réception prévu pour notre colloque... (je fixe Raymond d'un air grave)

-" je crois même que gusman etait communication sur un talkie avec eux. ils veulent me sacrifier... Et merde dans quoi on s'est mis.... je me suis mis....je tue un type ils m'attachent et veulent me sacrifier et encore je crois que gusman aide à orchestrer.

(je cache mon visage et inspire lentement pour me calmer c'est difficile)

R:... je reste silencieux un moment. Je regarde clémence, qui me regarde fixement, et hoche légèrement de la tête sans me quitter des yeux... "Ok.... ben il semblerait que tu sois tombé sur la bande de gothiques de podul et compagnie" "Je vais pas m'embarquer dans des explications détaillées maintenant, mais en gros, semblerait que le patron ait des occupations légèrement foireuses, tu vois." (j'analyse rapidement et résume)

-"Donc en somme, on baigne dans un genre de rite initiatique pour ados attardés. C'est pas que ça me fasse chier, mais d'une, j'ai passé l'âge, de deux, ils ont pas l'air ultra sympa surtout quand tu reharde les serveurs, et de trois, blague à part, ils ont surtout l'air dangereux...." (je marque une petite pause)

-"Toi en tout cas si t'en a séché un... tu t'es bien foutu dans la merde. Mais bon, maintenant que tu m'as l'air frais, voilà ce qu'on va faire : on récupère pauline et véro, on leur file des pillules pour les calmer, on rentre au monastère et on se barre. On vera lundi ce qu'il se passe, hein ? "

Q: -"je... suis dans la merde" mais ok...de toute façon tu penses que des gens qui mon attachés et abandonné sur une rive alors que je viens de m’attaquer un tocard en bure....y'a de quoi devenir dingue et j'étais prêt à jurer que tu me prendrais pour un barge... c'est peu être le cas mais merci de ta réserve, c'est pas courant chez toi... tu veux pas qu'on essaie de voir ce qui se trame ici... ils veulent me sacrifier et nous sommes en danger... et moi normal je suis presque exité à l'idée de cela je dois etre completment barge ou truamatisé par ce qu'il vient de m'arriver."


 

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

J'essaie de mettre la tête de Pauline sous l'eau, pui la relève par les cheveux, et lui fout mon point dans le nez, une giclée de sang vole jusque dans l'eau:

" AHAHAH 

nin dito queh refim lin rhinoplastwin !!!

Salopuin Paulwin! 

Quir ce ach fairi Quentwin?

Firo!!

Nin vengearth will terribol!!

Nin dagor will lin der des der ! 

In aelin-rass nin sang!"

(et ouais Gandalf à fait forte impression)

La bataille continue, Pauline et moi se foutant dans l'eau à tour de rôle, se tirant par les cheveux pour se relever et et tentant de se donner des coups au visage. 

 

Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique


Gandalf le Blanc


Web Munster

Bon... tout ceci me dit rien de bien terrible. Le pauvre quentin est défoncé, que penser de ce qu'il me raconte. En même temps, je vois pas comment le gars se serait ligoté puis auto-porté jusqu'ici, plus vite que nous alors qu'à la base il partait pas dans le bon sens. Alors soit c'est une vaste blague, soit Clémence a raison. 'l'ai bien gentil avec son envie de remuer la merde, mais j'ai passé l'âge pour ces conneries moi..

"Ouais euh bon, t'en as forcément rajouté avec ta drogue, mais voilà, ce que tu me racontes colle pas trop mal avec ce que je te rapporte des paroles de Clémence, hein Clémence ? " Celle-ci hoce la tête timidement, comme-ci elle commençait à prendre peur.
"Bon euh, les enfants, venez avec avec moi". Je tend la main à Quentin, l'aide à se relever et fait en sorte de passer son bras par dessus l'épaule de Clémence. Voilà, je cherche deux autres pillules de "remise en forme", et me dirige vers Pauline et la Musso qui lui gueule dessus en elfique : "Annon edhellen, edro hi ammen! Fennas nogothrim, lasto beth lammen! Ennyn Durin Aran Moria: pedo mellon a minno. Im Narvi hain echant: Celebrimbor o Eregion teithant i thiw hin ! "

Je reprend ma posture christique et lance : "Femmes ! Nobles héritières des landes perdues et de Minas Thirion ! Morgoth a hanté votre esprit ! Vous langues sont fourchues et crachent du poison, vos coeurs sont noirs et vos gestes diaboliques ! Revenez vers la lumière ! Approchez ! APPROCHEEEEEZ-zzzzz !!! Prenez ces pillules elfiques qui apaiseront vos âmes et vous libéreront du pouvoir du serviteur du mal !" Dans un mouvement théatrale, je tend mon poing fermé, paume vers le ciel, vers Pauline et la Musso.

MJ

Pauline et Vero s'approchent, titubantes. Elles attrapent les pilules et les engloutissent avant de s'effondrer sur la rive fatiguées, commotionnées, usées.

« Tu ma arraché une sacré touffe de tifs, dit Pauline.

- Plus personne ne dit tif, répond Véro .

- Ouais c'est vrai. Faut que je remonte les années depuis le grec ancien...

- Je comprends. »

Greg et Charles s'approchent une coupe de champagne à la main et un sourire jusqu'aux oreilles. Greg lance : « Alors les losers, pas trop la dalle ? » et il engouffre un mini sandwich au pâté.

« voyons Greg ! Ne soyez pas trop dur avec nos amis, ils se sont bien battu, ironise Charles. »

Raymond et Quentin lancent des regards mauvais aux deux trublions mais ils n'ont pas l'air de le remarquer.

Charles indique de sa coupe vide le sentier emprunté plus tôt par le moine et les vahinés. « Les serveurs me disent que si on suit ce chemin on retourne directement à l'abbaye. Je crois savoir que cette après-midi nous auront une conférence passionnante sur le darwinisme managériale. Ne soyez pas retard. » Il se tourne vers Greg Puivon : « Nous y allons Greg ?

- je vous suis Charles. »

Et les deux hommes partent, fiers comme s'ils avaient un bar-tabac.

Dans leur coin les serveurs sont en train de ranger les restes de bouffe et de démonter le barnum. Au loin vous entendez un véhicule qui approche.

Raymond Cardo

esprit 12
corps 12

+ lucidité
- vieux

cynique


Gandalf le Blanc


Web Munster

J'attends que Greg et Charles s'éloignent un peu.
"Bon, ben merci pour le combat les filles, c'est dommage ça manquait un peu de boue, mais c'est déjà pas si mal avec la flotte et les maillots..."
J'attends une remarque, un haussement de sourcil ou un "pff" mais apparemment tout le monde est trop décalqué pour relever mes piques. 
"Voilà voilà, je crois que notre petit week end va prendre fin dans pas très longtemps."

Devant les regards surpris de Vero et la Musso, je me tourne vers Quentin : "Ouais ben Quentin a des trucs à vous dire en fait". 

Il me regarde interloqué et pense visiblement que je "trahis" sa confiance, alors j'enchaîne "enfin... On a des trucs à vous dire quoi. Apparemment le Podul et sa clique sont du genre à bien aimer clouer des chats sur les portes ou violer de jeunes vierges pour la gloire de je-sais-pas-quel-connard. Donc, je sais pas ce qu'il en est pour vous, mais j'ai mieux à faire de ma vie que de les suivre dans la forêt pour sucer des boucs, alors m'est avis que le mieux c'est de retourner au monastère, prendre nos affaire et rentrer bien tranquillement à la maison regarder la fin de vivement dimanche... en tout cas ça vous réussira mieux que de vous droguer dans les bois comme des ados." 

J'entends le véhicule mais ne le vois pas encore. Sans être vraiment décidé à partir seul, j'incite d'un mouvement de corps les autres à me suivre.

Vero Musso

esprit 10
corps 9

+ medium
- maladroit

impulsive


Fort Boyard


Best Quote West Coast


Elfique

Euh, non mais attends là c’est quoi ce délire ? violer des vierges, clouer des chats… d’où vous sortez ça ? 

Et puis pourquoi nous faire venir ? surtout qu’on a rien vu pour le moment… enfin bon on était pas dans un état normal mais euh bon… Greg m’a paru investi et tout j’veux dire, si y’avait ces histoires de Satan là on l’a pas vu sacrifier quoi que ce soit ou se mutiler enfin j’sais pas j’y connais rien mais ils font ça non ? genre tout le temps non ? putain ça m’inspire rien de bon si c’est vrai… et puis bon vous pensez sérieusement que s’ils nous on fait venir ils vont nous laisser partir comme ça ? en plus on a même pas nos smartphones quoi… Et qui me dit que vous nous faites pas marcher ? ou que si c’est vrai vous êtes pas vous même des tueur de chatons et que Greg et compagnie le savent pas ? enfin j’veux dire et si c’était vous qui vouliez nous sacrifier quoi, enfin bon Pauline tu crains rien toi on sait tous que ta virginité elle est partie bien loin… Putain je sais pas j’suis paumée là c’est quoi ces putain d’histoire à la con, je savais que je devais sortir un certificat médical et pas venir bordel… Pourquoi j'suis là merde, pourquoi ON est là ??? Cohésion de groupe mon cul oui !!! 

je scrute les quatre autours de moi d’un oeil interrogateur et suspect. 


>>>Retourner en haut vite faf en 5-5 2-2